Macarons, manifestation et le Mali

Sur Facebook et Twitter, certains ont pu voir mon excitation folle devant la très attendue Journée du Macaron à la Boutique Point G où l’on pouvait acheter vingt macarons pour le prix de dix (plus précisément, 15$). Et oui, j’ai bien acheté quarante macarons! Ce n’est pas tous les jours qu’on peut avoir ces petits gâteaux d’une aussi bonne qualité pour un prix aussi généreux.

On peut trouver la liste des saveurs contenues dans les boîtes sur le blog de la Boutique Point G.

***

Aussi, voici quelques clichés de la Manifestation nationale étudiante contre la hausse des frais de scolarité. Un très beau moment à scander des slogans parfois douteux pour une bonne cause sans incident en espérant remettre en question les principes et les valeurs de tous et chacun.

Ma mère me racontait mardi comment Albert Camus, grand auteur du XXe siècle, aurait pu ne jamais devenir ce grand écrivain. Descendant d’une famille assez pauvre, sa famille souhaita qu’il travaillât pour gagner des sous et ainsi aider la maisonnée. Or, son instituteur Louis Germain insista fortement pour que Camus puisse aller à l’école, lui donnant même des cours gratuitement. Si cet homme n’avait pas insisté, L’étranger, La chute, La peste et bien d’autres n’auraient jamais existé. Ce genre de témoignage me suffit pour me convaincre de la nécessité d’une éducation accessible et de qualité.

***

Enfin, je prie pour mon ami Makan, coincé au Mali suite au coup d’État d’hier. Je ne sais pas s’il a trouvé le moyen de sortir du pays, compte tenu de la tournure des événements (les frontières ayant été fermées), mais j’espère que tout ira bien.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *