Procrastination et PFK – pire combinaison au monde…

This message is available in : Anglais

2013 fut une année mouvementée (elle l’est d’ailleurs toujours!), comprenant la fin de mon baccalauréat, des déplacements constants entre Montréal et Ottawa pour le travail et bien d’autres détails peu pertinents.

Vivre avec des colocataires autres que mon fiancé m’a obligé à cuisiner pour une personne, soit moi-même. N’aimant pas particulièrement rester dans mon appartement d’Ottawa le soir venu, mes capacités à cuisiner un repas décent ont été reléguées au placard: les légumes congelés, les nouilles instantanées et le couscous sec sont devenus mes meilleurs potes.

Je pourrais également vous sortir toutes les excuses possibles pour justifier mon absence sur ce blog. En réalité, une combinaison des trois raisons expliquent pourquoi rien n’a été publié depuis février:

  1. Je manque de temps pour cuisiner des repas dignes de mention sur ce blog. Sérieusement, je ne vois pas la pertinence de publier des photos de nouilles instantanées aux petits pois ou un couscous de légumes congelés.
  2. Je suis fauchée ou plutôt, je n’ai pas vraiment les moyens d’aller dans des restaurants pour les critiquer. Ou si j’en avais les moyens, je n’avais pas ma caméra à portée de main: il n’y a à mon avis rien de plus stressant que de trimballer des objets précieux et fragiles sur soi alors que l’on est d’une maladresse terrible juché sur un vélo.
  3. Je suis la Reine de la Procrastination, tout simplement. Avec des lettres majuscules et une couronne.

Une autre raison est que je ne savais pas dans quelle direction mener ce blog, ne tenant pas particulièrement à faire des photos de nourriture seulement, mais souhaitant également publier des opinions, des pensées, de la musique, des objets qui ont accroché mon oeil ou des articles qui ont attiré mon attention.

Comme cet article sur une nouvelle invention de PFK/KFC au Japon: la soupe de maïs frite.

Ça a l’air dégoûtant… et pourtant, considérant mon appréciation de leur soupe au riz chinoise que j’ai mangée à Shanghai et que j’ai adorée, je ne peux m’empêcher d’être très intriguée par le concept. Après tout, si on a bien frit du Coca-Cola, de la crème glacée et des barres Mars/Snickers, pourquoi pas de la soupe au maïs… *svp, entend mon sarcasme sensationnel ici…*

Par contre, ce n’est pas ça qui va m’aider à perdre mes six kilos en trop… ou à combattre l’obésité dans le monde…

Et la meuf trop heureuse de bouffer son poulet frit sur la page officielle de KFC Japon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *