Archives de Tag: recette

Envie sucrée

Depuis deux semaines, je ne peux pas passer une journée sans me sucrer la dent avec une pâtisserie: pain au chocolat, croissant aux amandes, etc. Aujourd’hui, je n’ai pas pu résister à cette envie sucrée: BISCUIT TIME!

Je me suis basée sur une recette de biscuits d’un de mes blogs de cuisine préférés: Audrey Cuisine! C’est elle qui m’a initié, un an auparavant, à l’art d’effectuer des bons biscuits. Après des briques de beurre gaspillées, un kilo de sucre, des biscuits ratés passés à la poubelle, des crises de larmes, j’avais finalement réussi à obtenir mes biscuits de rêve: pas trop durs, légèrement mous et savoureux. Du coup, je n’ai jamais pu essayer d’autres recettes de biscuits, tant j’avais mis de coeur à effectuer sa recette de biscuits au chocolat et aux noix du Brésil.

Sa recette demandait de la farine à gâteau (avec levure incorporée), mais je n’en avais pas: je me suis reléguée à la farine de blé entier d’Alexandre avec une shot de levure chimique Alsa. Il me restait également un petit sac de noix de Grenoble, désolée aux noisettes et aux noix de Brésil qui espéraient se faire bouffer.

Oui, je cache bien chez moi 3,5 kilogrammes de chocolat au lait en pastilles. Je cache également 1 kilo de chocolat noir.

La prochaine fois, j’aimerais me risquer à ses fameux petits beurres aux pépites de chocolat. Ils ont l’air TROP appétissants!

Poisson d’avril

Joyeux Poisson d’Avril! ^^

Je ne suis pas douée pour les blagues, mais j’ai au moins un topo sur le poisson pour compenser.

J’aime beaucoup le poisson, à condition qu’il soit préparé à partir de filets. Comme la plupart des gens, je déteste tomber sur une arête, même si je sais que je ne vais pas en mourir. Je sais aussi qu’en avaler une a de quoi vous massacrer votre appétit et votre repas au complet…

En allant à l’épicerie asiatique, mon petit ami et moi sommes tombés sur des sardines congelées. En bon amateur de pingouin, Alexandre a décidé d’en prendre deux sacs, intrigué à l’idée de griller ces petits poissons. Le cuisinier rebelle avait d’ailleurs fait une recette sur ce topo. On a décidé de la suivre et de tester nos habiletés à vider et écailler un poisson…

Ces sardines sont ensuite allées faire un tour sur le barbecue, tandis que mes asperges cuisaient à la vapeur et que je préparais une sauce rapide à base de lait de coco et de poudre de curry.

TADA!!!

Pas trop mal: la chair était tendre, avec un petit goût de grillé bien accueilli. Un jet de citron sur ces poissons en rehausse la saveur et la petite sauce au curry (que j’ai préparé à même le micro-ondes) donne un petit kick aux asperges un peu ennuyeuses. Par contre, mon dégoût des arêtes ne m’a franchement pas facilité la tâche. Je crois bien qu’un tour chez un poissonnier ne me ferait pas de tort, la prochaine fois.

Gâteau fraisier à la japonaise

Depuis près d’un an, je trépigne de joie à chaque mois lorsqu’une nouvelle vidéo de la chaîne CookingWithDog sur Youtube apparaît. L’hôte de l’émission, Francis, un adorable caniche, présente à une fréquence mensuelle une nouvelle recette japonaise, le tout magistralement exécuté par sa maîtresse (qui rajeunit un peu plus à chaque vidéo, étrangement). Les instructions sont claires et précises et on s’habitue vite à l’accent nippon du narrateur.

Par le passé, j’avais déjà essayé quelques unes des recettes proposées, telles que:

J’ai même tenté l’okonomiyaki, mais suite à une erreur de radis, le plat était un peu raté. Mon petit ami avait acheté du radis Daikon au lieu du Yamaimo, qui une fois gratté est censé donner une sorte de pâte gélatineuse qui sert de liant à la pâte à crêpe. Le Daikon n’a malheureusement pas le même effet.

Cette semaine, une recette d’origine occidentale, remasterisée par les Japonais, a attiré mon attention: ce qu’eux appellent Christmas Cake, je l’appelle Gâteau fraisier. J’avais par le passé tenté de suivre la recette proposée par le Larousse de la cuisine, mais le résultat était lamentablement moche et lourd en bouche… Puisque ma bouteille de kirsch attendait toujours dans mon frigo, qu’il me restait de la crème fraîche et fouettée et que le marché vendait en solde des barquettes de fraises à profusion, j’ai décidé de tenter ma chance et de suivre la vidéo suivante.


OH… MON… DIEU…

MEILLEUR! GÂTEAU! JAMAIS! FAIT!

La décoration laisse à désirer: je n’avais pas autant de crème que ce que j’avais prévu…

ESSAYEZ-LE ABSOLUMENT!!

Le gâteau est assez simple à exécuter et le résultat est très convaincant. Il s’agissait de ma première tentative à effectuer un gâteau éponge (ma première tentative de fraisier employait plutôt une génoise) et battre les oeufs pendant vingt minutes a probablement été l’étape la plus ardue (bon, peut-être pas, mais probablement la plus lourde). Mes oeufs ne montaient pas assez vite, car mon eau n’avait pas été chauffée suffisamment. Mis à part ce problème, le dessert se fait très bien.

Pommes de terre rôties au four



Quand je n’ai pas trop envie de me casser la tête (cela m’arrive un peu trop souvent, étrangement), j’aime que ma cuisine reflète mon état d’esprit. Ma colocataire Sandra a un jour rôti des cubes de patates douces, embaumant l’appartement d’un bel arôme sucré et réconfortant.

Puis, je suis tombée sur une recette du livre de Nigella Lawson, Nigella Kitchen: Recipes from the Heart of the Home de Pommes de Terre Rôties à l’Indienne. Je n’ai pas pu résister.

Ce n’est pas exactement la même recette: j’ai pris les épices qui m’attiraient et je n’avais pas d’oignon sous la main (ce qui est bien rare).

***

Pommes de terre rôties



1. Préchauffer le four à 400°F. Bien laver les pommes de terre et les couper en gros cubes.



2. Séparer une tête d’ail et les laisser dans leur chemise.



3. Mélanger dans un ramequin les épices souhaitées (par exemple, poudre chili, cumin, curry, paprika fumé, fines herbes, sel, poivre et cassonade).



4. Mettre les pommes de terre et l’ail en chemise dans un sac Ziploc, verser un bon filet d’huile et ajouter les épices. Secouer jusqu’à ce que toutes les pommes de terre soient bien enrobées.



5. Étaler dans un plat allant au four du papier parchemin: cela évitera un peu de nettoyage. Verser les pommes de terre dans le plat, en s’assurant qu’elles ne se chevauchent pas et touchent toutes au fond. Cuire 40 à 45 minutes.



Je vous avouerai que je trouvais la cassonade probablement de trop avec les épices que j’ai choisies. Ces dernières s’agenceraient mieux avec un goût plutôt salé.

Par contre, si vous souhaitez des frites un peu sucrées, employez des épices comme la cannelle et la muscade. Le restaurant le Dragon Rouge en faisait d’ailleurs de belles variations sur le même thème.

Pi and Pie

La fête de Pi (14 mars) se situe autour de la même période que la Saint-Patrick (17 mars) et l’anniversaire de mon ami, Pat. Ce dernier a donc décidé de fêter sous le thème de Pi and Pie. Soit on amenait un objet sous le thème de Pi (libre à toute interprétation possible), soit on faisait une tarte.

J’ai donc fait des tartes.

Recettes, gracieuseté des guides Marabout.


Mes épices adorées: cannelle, clou de girofle, piment de la Jamaique, gingembre et muscade.



L’une à la pâte feuilletée aux pommes et noix de Grenoble.

L’autre à la pâte brisée (style crumble) aux pacanes.

Malheureusement, cette dernière n’était pas aussi solide que ne le suggérait le bouquin. La couper était un carnage monumental, des morceaux de tarte s’éparpillant partout dans l’assiette. J’ai d’ailleurs cramé les bords après avoir mis la tarte un peu trop au fond du four, qui se trouve à être la partie la plus chaude. Les risques de cuisiner avec un four à gaz. Mais bon, il semblerait que les gens ont aimé.

***

J’ai également chopé quelques photos du Plateau, endroit où je ne vais pas très souvent, pourtant domicile de mes macarons préférés et d’une bonne place à cupcakes.